Followers

dimanche 31 janvier 2021

Bilan Livresque Janvier 2021

 BILAN LIVRESQUE 

JANVIER 2021






Cette nouvelle année commence plutôt bien avec un retour à ma moyenne habituelle de livres lus en un mois : 12.

De tout, même si encore beaucoup de littérature noire, mais pas que ...

On verra ce que nous révélera le mois prochain...





ROMANS : 

- L'enfant étoilé de Katrine Engberg 3.5/5

- Que Dieu lui pardonne de Laurent Malot 3.5/5

- A pas de loup d'Isabelle Villain 3.5/5

- Les oubliés de Dieu de Ludovic Lancien 4/5

- D'où viens-tu Anaëlle? de Marie-Thérèse Denis 3/5

- Un os à ronger d'Antonio Lanzetta 4/5

- Le quatrième rassemblement de Cyril Carrère 4/5

- Moktar de Jérémy Bouquin 3.5/5

- Les âmes rivales de René Manzor 4.5/5

- Les espionnes du Salève, tome 1 : L'envers du mirroir de Mark Zellweger 4/5

- La trilogie des ombres, tome 3 : Le sacre des impies de Ghislain Gilberti 4.5/5


BANDES DESSINÉES : 

- Strange Planet de Nathan W. Pyle 4/5

La trilogie des ombres, tome 3 : Le sacre des impies de Ghislain Gilberti

 LA TRILOGIE DES OMBRES, 

TOME 3 : LE SACRE DES IMPIES 

de Ghislain Gilberti





Résumé :

TOUT CE QUI A COMMENCÉ DOIT FINIR


1995, Strasbourg voit éclore une organisation qui va mettre au point un système criminel étanche et sécurisé. L'enfance cauchemardesque de ses membres explique les raisons du Mal qui les ronge.
Borderline se dresse comme un seul homme, inéluctable, broyant les concurrences et les luttes internes. Est-il possible que l'officine ait enterré quelques secrets à sa création ?

2011, Cécile Sanchez, qui avait juré de ne plus jamais travailler sur cette affaire, est rattrapée par une conviction. C'est un dernier plongeon pour la commissaire qui va précipiter les événements. Après Sa Majesté des Ombres et Les Anges de Babylone, ce troisième et dernier tome de la Trilogie des Ombres emporte le lecteur dans le passé de ces monstres un peu trop humains et les nouveaux jours qui virent au cauchemar éveillé. Lors de ces allers-retours dans le temps, saura-t-elle mener la lutte contre les Anges déchus de la nouvelle Babylone sans perdre elle-même son âme ?




Avis :

Ce tome est le troisième de la Trilogie des Ombres : il est essentiel de lire les deux premiers tomes dans l'ordre avant de lire celui-ci.

Je suis fan de l'auteur depuis que j'ai lu Le festin du serpent(2013) en 2015, sa plume est d'une telle minutie qu'elle me prend aux tripes à chaque fois et je ne sors jamais indemne de mes lectures avec lui aux commandes.

Cette trilogie, démarrée en 2018 avec Sa majesté des Ombres, m'a de suite happée avec ses personnages, son intrigue, son rythme et sa violence. Les Anges de Babylone m'avaient laissé avec une furieuse envie de connaître la suite. De plus, j'avais rencontré l'auteur en janvier 2020 et il en était à plus de 1500 pages du troisième opus et savait qu'il devait couper au moins la moitié de ce qu'il avait écrit... je rêve d'une version intégrale en deux livres de cette troisième partie car je ne peux imaginer que plus de la moitié de ce que l'auteur avait écrit soit sacrifiable dans cette trilogie. Ce n'est pas moi qui porterait plainte si cette trilogie devenait une tétralogie^^

Dans cet opus, l'auteur nous fait remonter à la genèse de l'Hydre, de découvrir comment ont vécu ces têtes pensantes et connaître les raisons qui les ont amenées à devenir l'Hydre. J'ai trouvé ce côté intéressant de revenir aux bases de ces membres, qui nous fait mieux comprendre ce qu'ils sont devenus, ça n'excuse pas tout bien sûr mais ça les humanise et on arrive à ressentir de l'empathie pour eux.

Le lecteur va naviguer entre deux espaces-temps : 1995 année où les membres de l'Hydre se rencontrent et imaginent les balbutiements de Borderline et 2011, année où le grand final arrive, ce pour quoi ils ont œuvré pendant seize ans.

On n'entre pas dans un monde propret chez Gilberti, l'ultra violence est bien présente et les âmes sensibles vont prendre très cher, c'est un monde cauchemardesque mais qui a du sens dans ses écrits. Si la violence est omniprésente lors des actions des personnages, le texte est tout autre dans leurs moments d'introspection, les mots vous prennent aux tripes et font écho à beaucoup de personnes.

Cette trilogie, qu'on aime la fin ou non, restera un must de la littérature noire pour moi et je prendrai le temps de relire toute la trilogie pour en avoir une vision bien  plus globale et une autre relecture dessus.

Que je sois objective ou non, Ghislain Gilberti est un grand de la littérature noire et avec cette trilogie, il ouvre les portes à du thriller plus viscéral.
Si vous n'avez toujours pas lu cet auteur (et que vous n'êtes pas trop sensibles), lancez-vous, vous ne le regretterez pas...

Beaucoup de coquilles sont malheureusement restées, quelques mots sont manquants gênant la fluidité de la lecture, il faudrait remédier à ce souci dans les écrits de la maison d'édition.

Je remercie les éditions Cosmopolis pour leur confiance.


La trilogie des ombres, tome 3 : Le sacre des impies
de Ghislain Gilberti
Sorti le 05 novembre 2020
chez Cosmopolis
651 pages
22 €
4.5/5

Les espionnes du Salève, tome 1 : L'envers du miroir de Mark Zellweger

 LES ESPIONNES DU SALEVE,

 TOME 1 : L'ENVERS DU MIROIR

 de Mark Zellweger





Résumé :

Le 14 juin 1940, l'armée allemande entre dans Paris et les années sombres recouvrent la France. Aussitôt, le service de renseignement suisse, le SR, s'active aux frontières. En même temps, la communauté internationale du renseignement basée à Genève depuis 1936 se mobilise sous la férule du vice-consul anglais Victor Farrell. Peu à peu des filières de passage entre la France et la Suisse romande se mettent en place, la résistance s'organise entre Genève et Lyon en concertation avec les espions installés à Genève.Hannah Leibowitz, échappée de justesse du ghetto de Lodz, arrive à Genève en juin 1940 avec son fils Avram. Elle prend la tête d'un groupe de femmes de toutes nationalités et résolument décidées à lutter contre la barbarie nazie. On les dénomme : les Espionnes du Salève. Le 1er juin 1941, Armand, jeune lycéen de Gex en zone interdite, est capturé par la Gestapo alors qu'il entre en Suisse au nord de Genève. Une certitude s'impose : on l'a dénoncé. Qui est le traître ? Les espionnes et leurs contacts mènent leur enquête. Elles seront confrontées à des collaborateurs sournois prêts à les dénoncer, à des agents allemands déterminés et agissant en Suisse sous couverture, et à des trafiquants en tout genre. Une série d'intrigues toutes aussi palpitantes nous mènent entre 1940 et 1942 dans Genève, « nid d'espions ».


Avis :

Premier tome de la trilogie : Les espionnes du Salève, L'envers du miroir est très introductif. L'action se passe entre 1940 et 1941 et on apprend que la réputation de neutralité de la Suisse est clairement erronée. En effet, en Suisse et particulièrement à Genève, les services de renseignements tournaient à plein régime et pouvaient venir en aide aux armées des pays alliés et à la Résistance. Un réseau d'espionnage, et même de contre-espionnage, sévissait alors. Bon nombre d'actions furent menées afin d'obtenir des renseignements ou d'aider des familles juives à passer la frontière ou à sauver des résistants des mains de la Gestapo au péril de leur propre vie. 

Lorsque Hannah Leibowitz arriva à Genève, elle proposa de participer à l'action de la Résistance, idée qui séduisit d'autres femmes. Bientôt ce groupe de femmes fut appelé Les espionnes de Salève (montagne surplombant Genève) et, conscientes du danger de leurs missions, risquèrent leur vie en faisant des allers-retours Paris-Genève afin de récolter des informations vitales auprès d'officiers de la Gestapo, quitte à donner de leurs personnes.


Mark Zellweger nous abreuve dès le début de faits historiques, d'informations techniques et d'une multitude de noms fictifs ou réels. J'ai eu beaucoup de mal à appréhender le roman où je glanais des informations ici et là. Au fil du roman, j'ai réussi à remettre les éléments en place mais la mise en place prend beaucoup de temps dans ce roman et comme je suis loin d'être une experte en histoire, j'ai vite été perdue...


Au final, j'ai apprécié ma lecture qui a mis les espionnes de Salève en place et qui développeront, je pense, leurs actions dans les deux autres tomes. Ici, on nous a surtout exposé les rouages des services de renseignement et les principes de la Résistance et de l'espionnage et une multitude de noms dont je n'ai retenu que ceux qui ont commis des actions notables dans ce tome...


Une lecture très intéressante, bien rythmée par des chapitres courts, je lirai avec plaisir la suite qui gagnera en fluidité maintenant que les bases sont posées. L'auteur nous entraîne dans un pan historique peu connu de la Seconde Guerre Mondiale, de façon captivante.


Je remercie les éditions Eaux Troubles pour leur confiance.



Les espionnes de Salève, tome 1 : L'envers du Miroir
de Mark Zellweger
Sorti le 15 août 2019
chez Eaux Troubles Editions 
480 pages
9 €
4/5

Les âmes rivales de René Manzor

 LES ÂMES RIVALES 

de René Manzor





Résumé :

Louisiane, 1974. Dans la pénombre de l’église, une fillette de douze ans supplie le prêtre de l’aider : un homme étrange qui se dit son ami la suit partout, mais elle est la seule à le voir, personne ne la croit ! Elle s’appelle Cassandre, elle est terrifiée, et le prêtre ne trouve pas les mots… la fillette s’enfuit.
Vingt ans après, à New-York, Cassandre est en prison pour avoir tenté d’assassiner son mari, le séduisant et influent député Thomas Wells, avec lequel elle semblait pourtant former un couple heureux. Pourquoi a-t-elle commis un tel geste? Qui est son jeune avocat Matt Collins et pourquoi leur rencontre les trouble-t-elle tous les deux?


Avis :

Pour la lecture commune de janvier, j'avais choisi ce René Manzor que je n'avais pas lu. Son premier roman. Je connaissais l'auteur pour son métier de réalisateur-scénariste, notamment sur 3615 Code Père Noël et Dédales que j'avais beaucoup appréciés.

Depuis, j'ai lu deux de ses romans : Celui dont le nom n'est plus que j'avais beaucoup aimé et Apocryphe qui fut un de mes coups de cœur 2019. Il me reste à lire Dans les brumes du mal et le prochain qui sort le 17 mars.


Si Les âmes rivales n'est pas un coup de cœur, pour quelques écueils inhérents à un premier roman, j'ai su, dès le prologue, que j'allais aimer ce roman pour le rendu de l'ambiance et l'écriture cinématographique.

L'intrigue n'est pas en reste, avec ce sempiternel triangle amoureux, vu sous un angle fantastique et original.

Jahal est né au 17e siècle en Louisiane, jeune amérindien qui a choisi en totem la jeune fille blanche, l'Onienta, mais elle lui préférera un lieutenant, ce qui lui brisera le cœur et il n'aura de cesse de la pourchasser au travers des siècles, elle qu'il considère comme son âme sœur et de se débarrasser de celle de son Onienta, qui est son âme rivale.


J'ai trouvé ce roman très original dans son intrigue et haletant dans son traitement, je ne me suis pas ennuyée une seconde et lisais ce roman comme je suivrai un film, je revenais sans cesse dessus. Je me suis beaucoup attachée aux personnages et l'auteur a eu l'intelligence de ne pas faire de happy-end tout en laissant une fin assez ouverte pour que le lecteur arrange le dénouement à son goût.

Pour le reste, je vais rester assez vague, voire même muette de peur de trop vous en révéler mais sachez qu'il y a une part de fantastique dans ce thriller et même si elle n'est pas omniprésente, elle fait partie du récit.

L'intégralité des participants à cette lecture commune a énormément apprécié le roman et certains ont même commencé à relire cet auteur... La plupart ne le connaissant pas.

Quant à moi, je vais essayer de lire le livre Dans les brumes du mal d'ici la sortie du prochain histoire d'être à jour dans la bibliographie de cet auteur que j'apprécie vraiment de plus en plus...


Les âmes rivales
de René Manzor 
Sorti le 10 mai 2012 en broché
chez Kero
300 pages
19.90€

Sorti le 06 octobre 2016 en poche 
chez Pocket
384 pages
6.95€
4.5/5


vendredi 29 janvier 2021

Moktar de Jérémy Bouquin

 MOKTAR 

de Jérémy Bouquin





Résumé :


Le quartier Saragosse c'est le secteur de Moktar. Il y tient les barres d'immeubles, les avenues, la plaine de jeu, les commerces... Un véritable business à ciel ouvert, avec ses guetteurs, ses chefs de clans, leurs lieutenants.
Tout ce petit monde s'est allié pour le trafic de came. Les alliances sont encore fébriles et il ne faut pas grand-chose pour allumer le feu. La ville est tenue jusqu'au jour où deux gosses se font faucher sous les balles d'une kalachnikov 7.62



Avis :


Dans ce roman corrosif, nous suivons Moktar, bras droit du caïd le plus important de Pau. Il a notamment en charge le quartier Saragosse où un jour deux enfants sont tués à la kalachnikov. Le genre de problème qui n'est pas bon pour le business, ça attire la police et la presse et surtout qui a pu faire ça et ainsi déclarer la guerre à Joe le chef.

En plus d'essayer de gérer cela, Moktar jongle avec sa vie de famille : il a une femme, Sylvie et quatre filles. Son mariage connaît des gros problèmes, Sylvie n'en peut plus et ne supporte même plus Moktar dans le lit conjugal. C'est aussi à ce moment-là que Moktar apprend la mort de son ami d'enfance, Coco, à qui il avait fait une promesse.

Beaucoup de choses à gérer pour un seul homme qui reçoit en plus des menaces de mort quotidiennes par téléphone. Il a beau assurer à Joe que tout va bien, le caïd voit bien son soldat dépérir.

Jérémy Bouquin nous offre un portrait de personnage masculin original. Moktar, c'est 1.90m pour 170 kgs, ancien légionnaire où il a fait connaissance de Joe et ont monté le business de drogue ensemble à leur retour. Il a tourné le dos à son ancienne communauté après avoir été banni mais se fait encore appeler occasionnellement le manouche bien que la plupart l'appellent Moktar, nom qu'il a pris en rentrant de la Légion.

Il a des problèmes de couple avec sa femme qu'il a trompé une fois et qui lui fait vivre un calvaire, un vrai nounours à la maison avec ses filles et intraitable sur son terrain avec ses soldats.

Un homme sous pression mais qui essaie de bien faire et il doit aussi faire face aux nombreux coups bas de soldats de Joe qui aimeraient prendre sa place.

Pour la psychologie du personnage, l'auteur a fait un très bon travail, Moktar est bien ancré dans l'esprit du lecteur qui accompagne ce personnage dans son quotidien. Un homme que le lecteur peut apprendre à aimer malgré ses défauts ou le condamner d'avance et apprécier ses déconvenues.

J'ai aimé Moktar, le père, l'homme sensible auprès de ses filles, la carapace qui cède face à ses princesses, son talon d'Achille. Il peut tout endurer, tout accepter, tant que ses filles sont en sécurité.

Mais le roman est aussi très immersif et plein d'action ce qui fait que le roman est très addictif et se lit avec beaucoup de plaisir.

J'ai beaucoup apprécié ce roman qui nous plonge dans l'envers du décor en nous mettant quasiment dans la peau du gangster. Les enjeux de l'intrigue et l'action ont bien rythmé ma lecture mais j'ai un bémol qui m'a un peu gâché ma lecture... La fin! Où est la fin? Le roman se finit de façon si abrupte que j'ai eu l'impression d'une discussion inachevée. Je peux comprendre le côté ouvert de ce choix qui donne des éléments de réponse pour un futur plus ou moins lointain mais je ne l'ai pas aimé. Mais vous peut-être...

Un polar bien noir en tout cas qui fut une bonne lecture.

Je remercie les éditions du Cairn pour leur confiance.




Moktar
de Jérémy Bouquin
Sorti le 03 septembre 2020
aux éditions du Cairn
Collection : Du Noir au Sud
344 pages
11.50€
3.5/5

Le quatrième rassemblement de Cyril Carrère

 LE QUATRIÈME RASSEMBLEMENT

 de Cyril Carrere





Résumé :

Trois associés, un cadavre, un butin, une embrouille.
Un coup de maître.

Visalia, Californie centrale.

William, l'homme d'affaires, rêve de créer un nouveau pôle d'excellence dans la région qui l'a vu naître, loin de la Silicon Valley et de la Baie de San Francisco. Lorsque sa société Educorp fait faillite, étourdi par le désir de revanche, il accepte l'aide d'un fonds privé sans en avertir ses associés.
Quand Carl, l'avocat fiscaliste, met son nez dans les affaires d'Educorp, ce qu'il découvre va l'aspirer au cœur d'un engrenage incontrôlable.

Philip s'active pour offrir une fin de vie décente à sa mère. Pour y parvenir, le lieutenant de police est prêt à tout.

Le destin de ces trois hommes va se télescoper quand William doit revoir ses associés, une semaine plus tard, à l'occasion du Rassemblement, rituel instauré depuis la fin de leur aventure commune. Parfaite symétrie des situations et des hommes : dans ce dédale de faux-semblants, de violences feutrées et de trahisons, le face-à-face s'annonce comme la plus dangereuse réunion à laquelle ils aient jamais participé.




Avis :

J'avais découvert la plume de l'auteur par le roman Grand Froid (ici), j'étais impatiente de le voir œuvrer sur un nouveau titre et je n'ai pas été déçue.

En effet, Le quatrième rassemblement peut surprendre l'amateur lambda de thrillers avec une intrigue se situant dans le milieu des affaires : le genre de thrillers où ça passe ou ça casse tant le milieu peut vite devenir barbant pour les non-initiés.
Il y a énormément de personnages mais grâce à la plume de l'auteur et le rythme qu'il insuffle à ses intrigues, le lecteur arrive à suivre sans soucis malgré une petite période de flottement au début du roman.

J'ai vu beaucoup d'avis qui disaient que le début pouvait s'avérer assez longuet, je me plains souvent des longueurs dans un livre mais il me semblait utile que l'auteur prenne son temps dans ce cas précis car il y a beaucoup de personnages et le milieu, où l'intrigue prend place, nécessite qu'on prenne un peu son temps pour que le lecteur ait ses repères.

Mensonges, meurtres, magouilles et pouvoir forment le cocktail explosif de ce roman et il faudra attendre la fin du roman pour avoir la teneur de ce fameux quatrième rassemblement.

Un thriller original, pour son cadre (pour un thriller français), des personnages avec des nuances (ni tout noirs, ni tout blancs) avec un rythme qui va crescendo pour une dernière partie sur les chapeaux de roue.

Le quatrième rassemblement est un très bon thriller qui se lit avec grand plaisir et que je vous recommande.

Je remercie les éditions Cosmopolis pour leur confiance.



Le quatrième rassemblement
de Cyril Carrère
Sorti le 08 octobre 2020
aux éditions Cosmopolis
400 pages
19.95€
4/5



jeudi 28 janvier 2021

Un os à ronger d'Antonio Lanzetta

 UN OS À RONGER 

d'Antonio Lanzetta




Résumé :

Petite frappe en marge, Vincenzo a des rêves de mafieux. Pour y croire, il a volé un chien. Mais l’animal est trop doux, trop tendre et Vinnie, finalement, préfère s’en débarrasser. Quand il recroise son pelage au bout d’une laisse quelques jours plus tard, il ne supporte pas qu’un autre que lui puisse s’en occuper. Aller au clash, voilà ce que ferait un voyou, un vrai. Ce chien, il a droit de vie et de mort sur lui, il lui appartient.



Avis : 

C'est une toute petite nouvelle que nous propose là l'auteur du roman Le mal en soi, un de mes coups de cœur de l'année 2018.
Dans cette nouvelle, l'action prend place dans une banlieue italienne où la violence règne.
Vinnie est un wannabe mafieux et aimerait être respecté, il se dit qu'avec un chien bien dressé et imposant le respect, il sera respecté lui aussi. Mais le chien qu'il vole s'avère être un vrai nounours plein d'amour, aucunement dangereux ou agressif. Du coup, Vinnie s'en débarrasse.
Quelques jours après, il reconnaît le chien qu'il a abandonné au bout de la laisse qu'une personne âgée tient. Il prend ça pour un affront et décide de récupérer le chien.

Antonio Lanzetta nous dresse un portrait de personnage détestable qui prend un animal comme une possession, un objet. Il s'en débarrasse mais ne supporte pas de le voir heureux avec un nouveau propriétaire. Il n'aime pas son chien mais a l'impression de s'être fait spolier un bien.

L'auteur a eu envie d'écrire cette nouvelle car les animaux errants sont un fléau en Italie malgré l'intervention de nombreuses associations et refuges. D'ailleurs, les fonds récoltés serviront à financer les frais vétérinaires et d’alimentation de la colonie féline dont il est le tuteur depuis quelques années, baptisée I Gatti d’Ulthar (Les Chats d’Ulthar).

Une courte nouvelle qui est tout de même percutante et qui contient les codes du thriller avec un final surprenant.

Bien sûr, j'en aurai voulu plus et j'ai été un peu frustrée mais cette nouvelle est efficace et j'ai hâte de retrouver l'auteur sur un roman avec cette plume qui le caractérise.



Un os à ronger
d'Antonio Lanzetta
Nouvelle numérique en auto-édition
15 pages
0.99€
4/5

D'où viens-tu Anaëlle? de Marie-Thérèse Denis

 D’OÙ VIENS-TU ANAËLLE?

 de Marie-Thérèse Denis





Résumé :

Comment réagiriez-vous si, le jour de vos 18 ans, vous receviez une longue lettre de votre mère biologique alors que vous avez été adoptée, quelques jours après votre naissance, avec pour seul renseignement, un prénom ? Cela ne troublerait-il pas votre vie ? Cela ne vous pousserait-il pas à faire des recherches ? Voilà toute l'histoire d'Anaëlle. Après la réception de cette lettre signée « Ta maman qui t'aime » commencent alors pour Anaëlle plusieurs mois de questions, de doutes, d'espoirs déçus, plusieurs mois où elle devra, malgré tout, continuer à vivre, plusieurs mois pour espérer reconstituer ses origines et se construire un avenir, tel un arbre qui ne peut se développer que lorsque ses racines sont bien ancrées.


Avis :

Pour son premier roman, Marie-Thérèse Denis nous livre un roman émouvant dont la cible est pour un public adolescent.

Marie et Marc, en mal d'enfant, ont adopté Anaëlle, alors qu'elle était âgée de quelques mois. Peu de temps après, Marc a eu un accident de la route mortel et Marie élève seule le bébé.

Un jour, en se promenant au jardin public, elles font la connaissance de Franck, un homme triste qui a eu un grand chagrin d'amour. Ils sympathisent, puis tombent amoureux. Suite à leur mariage, Franck adopte Anaëlle également pour souder leur petite famille et très vite après arrive Charlène, la petite fille que Marie et Franck conçoivent. Anaëlle sait qu'elle a été adoptée, la vérité ne lui a jamais été cachée.

Entourée d'une famille aimante et de très bons amis, Anaëlle a tout pour être heureuse et  s'apprête à fêter ses dix-huit ans lorsqu'une lettre va bouleverser cet équilibre harmonieux. Cette lettre provient de sa mère biologique.

La vie d'Anaëlle est toute chamboulée car bien qu'heureuse dans sa famille d'adoption, elle souhaite connaître ses origines et le pourquoi de son abandon. Aidée de sa famille adoptive, elle va se lancer dans la recherche de sa génitrice...


On ressent très vite de l'empathie pour Anaëlle, qui est le personnage le plus développé du roman. On comprend son besoin de connaître ses origines et cette nécessité de comprendre pour ne pas reproduire le schéma.


Ce premier roman saura vous bouleverser et aimer le personnage d'Anaëlle mais il n'est pas exempt de défauts.

Déjà sur sa longueur... Bien trop court pour développer les nombreux personnages de ce roman ce qui fait que certaines actions comportent des ellipses et évoluent assez vite alors que d'autres sont pleines de non dits et avancent très lentement...

Ce qui fait aussi que je classe ce roman dans la catégorie Adolescents car les personnages sont peu creusés et certaines situations aussi.

D'où viens-tu Anaëlle? traite de l'adoption et du besoin de connaître ses origines pour se construire. C'est un roman touchant qui se lit très vite, par sa longueur, mais aussi car on veut, tout comme Anaëlle, avoir des réponses à nos questions.

La plume est assez simple mais retient l'attention du lecteur.

Un premier roman à découvrir ou à faire découvrir, en attendant le deuxième roman de l'auteure et ce qu'elle aura à nous proposer.

Je remercie l'auteure et la maison d'éditions Le lys bleu pour leur confiance.



D'où viens-tu Anaëlle?
de Marie-Thérèse Denis
Sorti le 26 décembre 2018
aux éditions du Lys Bleu
140 pages
14.10€
3/5

mardi 26 janvier 2021

Les oubliés de Dieu de Ludovic Lancien

 LES OUBLIÉS DE DIEU

de Ludovic Lancien






Résumé :

Un médecin généraliste est retrouvé massacré dans son cabinet aux Lilas, près de Paris. Son corps a fait l’objet d’un véritable carnage.
Très vite, l’enquête dévoile sa double vie et son intérêt morbide pour la tératologie : l’étude des ces hommes et femmes que l’on qualifie abruptement de « monstres ».
Ceux dont l’existence même fut jadis considérée comme une preuve de celle du diable.
Ceux que le régime nazi a cherché à éradiquer à travers des campagnes d’extermination longtemps tenues secrètes.
Ceux que l’on nomme parfois les « oubliés de Dieu ».
Chargé de l’enquête, le capitaine Gabriel Darui va recevoir un appel d’un homme qu’il s’était juré de ne jamais revoir. Un homme qui connaît ses secrets les plus troubles. Un homme qui, à l’instar du médecin assassiné, a frayé avec ce que l’humanité a de plus sombre. Un homme qui sait que toutes les leçons du passé n’ont pas été retenues et que, comme Darui va le découvrir, l’horreur se conjugue aussi au présent


Avis :

 Je découvre l'auteur avec ce titre car je n'ai toujours pas lu le premier roman de l'auteur, Le singe d'Harlow.

Dès les premières lignes, j'ai totalement été happée par la plume de l'auteur et l'intrigue.

Un médecin généraliste est massacré dans son cabinet, on découvre son morbide intérêt pour la tératologie, l'étude des "monstres": personnes vivant avec de sérieuses difformités, comme on a pu le voir dans des films comme Freaks - La monstrueuse parade de Tod Browning en 1932 et Elephant Man de David Lynch en 1980. Ces êtres appelés également les oubliés de Dieu, qui ont été pourchassés et sur lesquels les nazis ont fait de monstrueuses expériences lors de la seconde guerre mondiale.

Gabriel Durui va être chargé de l'enquête et face à l'horreur où ses investigations vont le mener, certains faits vont douloureusement faire écho à un passé qu'il cherchait à oublier depuis de nombreuses années.

L'auteur traite de thématiques très douloureuses tout au long du roman et arrive à nous surprendre avec ce thriller de très bonne qualité.

Une véritable aventure qui nous offre de nombreux rebondissements, de fausses pistes et de belles thématiques, encore peu ou pas vues dans les thrillers.

Un thriller très sombre à lire et à découvrir pour avoir son lot de frissons mais aussi de réflexions sur des êtres totalement dépourvus d'humanité et d'autres qui souffrent déjà bien assez sans être maltraités, moqués et isolés et que la science ne sait toujours pas comment soigner totalement.

J'ai été totalement emportée par ce thriller qui m'a beaucoup bouleversé et appris énormément de choses sur des thèmes que je connaissais fort peu. Un rythme bien équilibré entre actions et investigations.

Je remercie les éditions Hugo Thriller pour cette découverte et leur confiance. 

 



Les oubliés de Dieu

de Ludovic Lucien

Sorti le 05 novembre 2020

chez Hugo Thriller Poche ( Inédit)

494 pages

7.60€

4/5

dimanche 17 janvier 2021

Strange Planet de Nathan W. Pyle

 STRANGE PLANET 

de Nathan W. Pyle





Résumé :

Partez à la découverte de Strange Planet, un adorable univers bleu, rose, et violet, basé sur le compte Instagram phénomène du même nom.

Un regard doux et hilarant sur un monde étrange, pas si éloigné du nôtre.

 

Avis :

Dans ce comic strip, format assez particulier de la bande dessinée où il y a un gag par page, les dessins sont horizontaux la plupart du temps et peu de cases.

Dans le cas de Strange Planet, le format est carré et chaque page est découpée en quatre cases pour former un gag, parfois sur deux pages sur le même plan.

Strange Planet débarque en France un an après les Etats-Unis où le livre s'est vendu à plus de 350 000 exemplaires et avec un compte Instagram dépassant les 6 000 000 d'abonnés. 


 

Strange Planet parle de petits aliens bleus vivant sur une planète violette et rose assez semblable à la nôtre. 

Alors ils ont certes des chiens à trois yeux mais vivent les mêmes situations que nous : ils font leur course, fondent une famille, acclament leur équipe favorite de foot à la télévision, aiment, souffrent,... L'intérêt résidant dans leur regard naïf, leur vocabulaire très littéral (roulengin pour voiture, préservateur de denrées pour frigo,...) et une certaine tendance à dire tout haut ce que les humains pensent tout bas...

Strange Planet, c'est comme un miroir absurde de notre époque.


 

J'ai apprécié ces petites créatures et j'ai lu les gags avec parcimonie, je ne trouve pas qu'il faille lire ce comic strip d'un coup pour éviter l'overdose. Tous les gags ne font pas mouche sur moi mais j'ai majoritairement souri aux gags de ce livre et trouvé les créatures touchantes.

Et si vous avez apprécié les aventures de ces petits aliens, vous pouvez continuer à les suivre sur les réseaux sociaux (en anglais par contre !) 



Je remercie les éditions Calmann-Lévy qui ont pensé à moi pour découvrir ce comic strip.


Strange Planet

de Nathan W. Pyle

Sorti le 12 novembre 2020

chez Calmann-Lévy

144 pages

9.90€

4/5