Followers

mercredi 31 mars 2021

L'ami des ombres d'Alex North

 L'AMI DES OMBRES 

d'Alex North





Résumé :

Et si votre meilleur ami était votre pire cauchemar ?

Le meurtre commis par le jeune Charlie hante la petite ville de Gritten.

Paul, ami du tueur et de la victime, y revient 25 ans plus tard, appelé au chevet de sa mère.

Mais la mort violente d'un adolescent réveille chez Paul ses pires cauchemars.

L'histoire se répète.

Pourtant Charlie n'est plus là, Charlie est mort.

Alors quelle est cette ombre qui rôde dans la forêt toute proche ?



Avis :

Second roman de l'auteur après L'homme aux murmures, L'ami des ombres est la seconde enquête où on retrouve l'enquêtrice Amanda Beck. Les deux livres peuvent se lire indépendamment car ce sont deux enquêtes bien distinctes mais je trouve toujours préférable de lire les romans dans l'ordre chronologique de leur sortie pour voir l'évolution du personnage récurrent et de la plume de l'auteur.

L'action se situe à Gritten et on suit principalement Paul Adams, un homme qui a quitté cette ville vingt-cinq ans auparavant, et qui revient au chevet de sa mère mourante au même moment où une série de meurtres se produit et qui n'est pas sans rappeler le trauma de Paul qui l'a fait quitter définitivement Gritten.

En quelques pages, Alex North arrive à créer une ambiance poisseuse où le lecteur avance progressivement sachant que le pire peut arriver à n'importe quel moment. L'intrigue étant intimement liée au passé de Paul Adams, tout est concentré autour de ce personnage, reléguant l'inspectrice Amanda Beck à un rôle très secondaire...

J'ai bien apprécié ce thriller psychologique qui arrive à nous troubler pendant toute la lecture. Je reprocherai à l'auteur, cependant, d'utiliser le même style d'intrigue à tiroirs que son premier roman, qui, même s'il ne nous dévoile pas tout, nous met sur la bonne piste. Si vous n'avez pas lu L'homme aux murmures, vous apprécierez mieux ce roman car vous découvrirez la façon de faire de l'auteur, qui fait assez redite quand on a déjà lu son premier thriller.

Cela reste un thriller psychologique efficace et qui fait le job et qui vous entraînera dans une ambiance anxiogène à souhait...

Une bonne lecture globalement mais j'espère que l'auteur saura se renouveler au prochain roman...

Je remercie Be Polar et Le Seuil pour leur confiance.


L'ami des ombres
d'Alex North
Sorti le 04 mars 2021
chez Le Seuil
336 pages
21€
4/5

mardi 30 mars 2021

Les espionnes racontent de Chloé Aeberhardt (auteure) et Aurélie Pollet (illustratrice)

 LES ESPIONNES RACONTENT 

de Chloé Aeberhardt et Aurélie Pollet




Résumé :

Elles s’appellent Gabriele, Yola, Geneviève ou encore Ludmila. Six femmes de l’ombre dont l’Histoire n’a pas retenu le nom, mais que Chloé Aeberhardt s’est employée à retrouver pendant cinq ans. De Paris à Washington en passant par Moscou et Tel-Aviv, cette enquête nous entraîne sur les pas des espionnes ayant œuvré pour les principaux services de renseignements durant la guerre froide.
Pénétration des cercles du pouvoir occidental par les agents soviétiques, traque d’anciens nazis en Amérique du Sud, exfiltration des Juifs falachas d’Éthiopie dans les années 1980 : ces professionnelles de la CIA, du KGB, du MI5, de la DST ou du Mossad racontent ici le rôle décisif qu’elles ont joué dans le conflit Est-Ouest.
Entre mensonges et missions impossibles, loin du mythe de Mata Hari, la réalité dévoilée au fil de ces rencontres n’en finit pas de dépasser la fiction !


Avis : 

Tout d'abord sorti en livre chez Robert Laffont en 2017, le roman a connu une première adaptation en série animée sur Arte grâce aux illustrations d'Aurélie Pollet. La série ayant très bien marché, une adaptation en roman graphique a été mise sur les rails et est sorti fin janvier 2021, après une sortie en poche début janvier 2021.



Chaque chapitre commence par un texte de présentation d' 1 à 5 pages sur comment le lien avec l'espionne a été fait et comment la rencontre s'est organisée. Le contexte historique de l'espionne y est souvent exposé également. S'ensuit une vingtaine de pages de bandes dessinées pour parfaire le portrait de chaque espionne. 

Je suis assez mitigée sur ce roman graphique. Autant, je trouvais le sujet passionnant, autant je trouve que la journaliste a survolé le sujet en parlant plus du côté privé des espionnes que de leurs réelles qualités d'espionnage, ce qui a pour conséquence de ne pas trop savoir ce que certaines espionnes ont réellement effectué comme mission...

Sur les six femmes rencontrées, beaucoup ont un très fort caractère et sont très touchantes lorsqu'elles évoquent leur passé mais à chaque portrait terminé, je ressentais une frustration car j'avais comme l'impression qu'on m'avait caché beaucoup de choses pour que le tout soit limpide.

Et de façon tout à fait personnelle, je n'ai pas accroché aux dessins  de personnages d'Aurélie Pollet, pour le reste, ça va.

Cependant, le travail de recherche et de documentation est indéniable et loin de moi l'idée de remettre quoi que ce soit en cause... Je n'ai pas lu le livre et il est possible que ce que cette adaptation ne m'a pas apportée se révélera dans le récit.

N'hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé quelle que soit la version dans laquelle vous découvrirez ces espionnes.

Je remercie Babelio Masse Critique et les éditions Arte/Steinkis pour leur confiance.


Chloé Aeberhardt


Aurélie Pollet

Les espionnes racontent
de Chloé Aeberhatdt et Aurélie Pollet
Sorti le 28 janvier 2021
aux éditions ARTE / Steinkist
Adaptation du livre de Chloé Aeberhardt, Les espionnes racontent (sorti le 12 janvier 2017 chez Robert Laffony, 315 pages et sa version poche, sorti chez Harper Collins Poche, le 13 janvier 2021, 368 pages)
175 pages
20 €
3/5

Fallacia de Clémence Baron

 FALLACIA 

de Clémence Baron




Résumé :
« Tel est pris qui croyait prendre ! » Mais dans ce salon huppé, qui sera pris ? Quand la « trompée » devient trompeuse, l'amant devient cocu, le cocu devient gagnant... Il faut le voir pour le croire, mais surtout, pour le comprendre. Une comédie prenant le public comme complice, qui nous plonge avec le sourire dans l'adultère, la tromperie et le mensonge.

Dans le salon de la famille Loubrenet, rien ne bouge.. Si ce n'est la fenêtre au fond du couloir qui s'ouvre doucement.

C'est Justin qui vient voler une énième demeure. Si seulement le pauvre garçon avait pu imaginer que dans ce salon encore paisible, se déroulera bientôt le pire des scénarios.

Pris dans la guerre d'un couple adultère, il se retrouvera de cambrioleur, à coupable, puis victime, pour enfin terminer vainqueur. Sur un ton de Feydeau, Fallacia démontre la faculté de rebondir toujours et encore, même dans les situations les plus improbables, pour nous emmener loin, très loin... Si bien qu'on se demande si on en verra la fin.   


Avis :
Une pièce de théâtre, je n'en avais pas lu depuis mes années à l'université, quoiqu'il m'arrive de relire des classiques lorsque mes enfants en étudient en cours ^^

Du théâtre contemporain, j'en avais vu mais jamais lu. Je me suis laissée convaincre très facilement lorsque l'attachée de presse me l'a proposée tant ma curiosité était piquée.

Fallacia, quel drôle de titre! Fallacia est un terme latin signifiant tromperie, fraude ou fourberie (de Scapin?^^). Un titre amplement bien trouvé au vu de la pièce où tout le monde trompe son monde de quelconque façon.

Une pièce de théâtre rappelant les vaudevilles de Feydeau avec des personnages issus aussi bien de chez Feydeau que de chez Molière.
Et surtout des situations cocasses pouvant amener à des malentendus pour le plus grand bonheur des spectateurs ou des lecteurs.

Ici, nous faisons la connaissance de Justin, cambrioleur, qui décide de soulager quelques demeures huppées de quelques biens. Mais ce soir, Justin a fait mauvaise pioche en tombant chez les De Loubranet.
Il tombe sur la femme, Rose, qui ment comme un arracheur de dents et ferai passer Pinocchio pour un enfant de chœur...
Se faisant passer pour une femme trompée alors que c'est une femme adultère, elle contraint Justin de se faire passer pour son amant, ce qui va provoquer la colère du mari et de l'amant, qui ne vont pas tarder à rejoindre la maison des De Loubranet.

Les scènes rocambolesques s'enchaînent, les mensonges de plus en plus gros qu'on se demande jusqu'où ça va aller.

J'ai trouvé cette pièce rafraîchissante, rythmée, enlevée et drôle, rappelant les vaudevilles de Feydeau. Une pièce familiale qu'on peut voir à plusieurs ou en couple...

L'écriture ciselée de l'auteure donne du rythme aux diverses scènes savoureuses de cette pièce.

Pour les parisiens, cette pièce sera jouée quand les théâtres rouvriront au Theo Théâtre dans le Xe et sinon, la pièce sera jouée à Avignon cet été.

Je remercie l'attachée de presse et Les Editions Les Cygnes pour leur confiance.



Fallacia
de Clémence Baron
Sorti le 1er Octobre 2020
Aux éditions Les Cygnes
83 pages
10 €
4/5





Vol AF 747 pour Tokyo de Nils Barellon

 VOL AF 747 POUR TOKYO 

de Nils Barellon





Résumé :
Ce n’est pas de gaieté de cœur que Pierre Choulot est dans cet avion en direction de Tokyo : le billet lui a été offert par ses collègues à l’occasion de son départ à la retraite. Lui qui adorait son boulot de commandant à la Brigade financière de la PJ parisienne, n’a accepté ce voyage que pour faire plaisir à son épouse, d’origine japonaise. Mais en plein vol, quand on retrouve le cadavre du pilote, seul, dans le cockpit verrouillé, le commandant Choulot va vite reprendre du service. Très rapidement, il découvre qu’aucune autre issue ne permet d’accéder au poste de pilotage ! Suicide ou assassinat ? L’enquête commence et chacun des cinq cents passagers, chacun des vingt membres d’équipage devient un suspect potentiel. Comment élucider ce qui ressemble – dixit son épouse, grande amatrice de roman policier – à un meurtre en chambre close ? Peut-être en prenant la raison et l’avion par le bon bout...


Avis :
Dans ce nouveau roman, Nils Barellon "ressuscite" le roman dit d' "énigme en chambre close" qu'on a pu voir chez Agatha Christie, Sir Conan Doyle, Gaston Leroux,...
Un vrai hommage à ce style de crime, qui, sans être une parodie, est traité avec beaucoup d'humour, notamment grâce à une galerie de personnages hauts en couleur.

La femme du commandant Choulot lit justement pendant le vol un roman en chambre close dans lequel est rappelé les différentes possibilités qui font qu'un meurtre fait partie de cette catégorie, ce qui va aider le commandant dans la résolution de son enquête.

Ce roman est un pur polar dans lequel on ne craint pas pour la vie des personnages, le crime a eu lieu et on suit l'enquête comme une pièce de théâtre. On cherche l'assassin mais aussi et surtout comment a-t-il pu procéder.
Chaque personnage qu'interroge le commandant est susceptible d'être le tueur ou d'apporter des éléments de réponse à ce crime.

J'ai bien apprécié ce roman car les énigmes en chambre close sont plutôt rares actuellement et j'ai aimé la façon dont l'auteur a traité ce thème. Un livre divertissant et qui laisse une bonne impression quand on ferme le livre...

Je remercie les éditions Jigal pour leur confiance.


Vol AF747 pour Tokyo
de Nils Barellon
Sorti le 20 février 2021
aux éditions Jigal
240 pages
18.50€
4/5

Le petit seigneur d'Antonio Ferrara

 LE PETIT SEIGNEUR 

d'Antonio Ferrara



Résumé :
Tonino suit la voie que son père a tracée pour lui. Celle des seigneurs, pour qui les codes d’honneur sont une question de vie ou de mort. Chaque soir, il descend sur la place. Adossé au mur, il attend les clients qui viennent lui acheter ses petits sachets.

La drogue, c’est une histoire de famille. À 13 ans, Tonino n’a peur de rien. Sa vie lui convient telle qu’elle est. Remplie d’adrénaline. De toute façon, il n’a pas le choix. Dans certains quartiers de Naples, le rêve n’est pas une option. Pourtant, quand la loi du silence se brise, la nuit laisse aussi parfois entrevoir une lueur d’espoir.


Avis :
Tonino, treize ans, vit à Naples avec sa famille. Une famille mafieuse qui évolue dans le milieu de la drogue, même les petites sœurs mettent la main à la pâte, en préparant les sachets de drogue, du haut de leurs huit et neuf ans. Plutôt que d'aller à l'école, Tonino vend de la drogue dès 18 heures en bas de chez lui et finit au petit matin, ce qui ne lui permet pas d'aller à l'école correctement. Partagé entre son désir de devenir journaliste et de satisfaire sa famille, notamment son père,  qui lui apprend le "métier" et le maniement des armes.  

Le professeur d'italien de Tonino trouve que l'enfant gâche ses capacités, qu'il a un fort potentiel et vient le chercher jusqu'à chez lui, connaissant la situation particulière de l'élève. Tonino, craignant la colère du père, envoie balader le professeur, qui revient inlassablement...

Tiraillé entre son désir d'apprendre et de faire plaisir à sa famille, Tonino ne sait que faire de ses rêves...

J'ai trouvé ce roman adolescent très intéressant, montrant de façon soft ce qu'est le quotidien de ces jeunes adolescents à qui on ne laisse pas le choix, qui plongent dans le banditisme par tradition familiale. Ayant lu des livres de Roberto Saviano, qui vit sous haute protection pour avoir dénoncé diverses mafias et diverses hautes personnalités de ces organisations, ce n'est pas la première fois que je lis des récits sur de jeunes adolescents liés au commerce de la drogue, je vous renvoie aux livres Piranhas et Baiser Féroce de Roberto Saviano, sortis en 2018 et 2019, qui se passent à Naples également, un diptyque sur les baby-gangs.

C'est un roman qui se lit aisément à partir de treize ans et que je conseille aux adultes qui ne sont pas familiers aux récits où des adolescents travaillent pour des organisations mafieuses.

Je remercie les éditions Bayard et la masse critique de Babelio pour leur confiance.


Le petit seigneur 
d'Antonio Ferrara
Sorti le 06 janvier 2021
chez Bayard Jeunesse
144 pages
12.90€
4/5

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              

dimanche 28 mars 2021

Du chaos naissent les étoiles de Marilyse Trécourt

 DU CHAOS NAISSENT LES ETOILES 

de Marilyse Trécourt





Résumé :

« Vous devez sauver la vie de trois inconnus en moins de quinze jours. Sinon, ce sera le néant. »

Juliette, libraire passionnée, est abordée un jour par une étrange jeune femme qui lui prédit sa mort prochaine tout en lui délivrant ce sinistre avertissement. A-t-elle affaire à une folle ? Juliette, dotée depuis toujours d’une intuition infaillible, sent confusément qu’elle doit relever le défi. Le compte à rebours commence quand une première personne fait appel à elle, suivie rapidement d’une deuxième... Pour se sauver elle-même, Juliette se retrouve liée au destin de trois inconnus. Elle découvre alors qu’elle a plus à gagner que la vie dans ce mystérieux marché.





Avis :

Lire un livre de Marilyse Trécourt, c'est s'offrir une pause détente en cette période morose. Entre feelgood et développement personnel, les livres de cette auteure sont légers, frais et drôles.

Ici, nous faisons la connaissance de Juliette, une libraire passionnée, qui trouve toujours le livre parfait pour ses clients... la libraire idéale! Un jour, pendant sa pause déjeuner, elle rencontre une femme étrange qui lui prédit sa mort si elle ne vient pas en aide à trois inconnus.

Tout d'abord subjuguée, elle pense que la femme est folle mais en même temps, elle est inquiète et choisit de relever le défi et au lieu de rentrer chez elle, retrouver son mari Paul, part retrouver ses grands-parents afin de chercher réconfort et compréhension. Loin de trouver ce challenge absurde, le grand-père de Juliette va l'encourager à le relever pour son bien...


Difficile de révéler toutes les thématiques du roman sans vous spoiler. Sachez juste que si vous êtes habitués aux romans de cette auteure, vous serez surpris par le chemin que le roman va prendre au bout d'un bon gros premier tiers du récit.

Ce roman parle d'amour, de maladie, de désir d'enfant et de mort.

La vision de la mort chez l'auteure peut vous surprendre, laissez-vous juste transporter pour vivre l'expérience et vivre le challenge de Juliette à ses côtés...

J'ai beaucoup apprécié ce roman qui m'a offert une vraie parenthèse livresque pleine d'amour et de moments bouleversants.

La plume de Marilyse Trécourt est toujours aussi entraînante et, ne me demandez pas pourquoi mais toutes les héroïnes de ses romans ont la tête de l'auteure dans ma tête, tant elle est fraîche et spontanée quand vous discutez avec elle...

Du chaos naissent les étoiles est un roman étonnant dont vous trouverez peut être le grand bouleversement avant qu'il ne vous soit révélé mais qui ne vous empêchera pas pour autant de rester dans le mood de l'histoire et de vous laissez bercer par les mots de l'auteure qui est une vraie conteuse qui vous quitte, bouleversée, mais avec le sourire aux lèvres à la fois.

Je vous recommande vraiment ce livre si vous avez besoin d'une évasion livresque enchanteresse et spirituelle, que vous partagiez ou pas l'opinion de l'auteure...


Je remercie les éditions Eyrolles pour leur confiance et pour la découverte de ce joli roman.




Du chaos naissent les étoiles 

de Marilyse Trécourt

Sorti le 04 mars 2021

aux éditions Eyrolles

240 pages

16€

4/5

dimanche 28 février 2021

Bilan livresque Février 2021

 BILAN LIVRESQUE 

FÉVRIER 2021




Un bilan en dents de scies avec beaucoup de lectures moyennes en début de mois et de très bonnes lectures en fin de mois, je vais retenir que les dernières pour ma part, histoire de me motiver pour le mois à venir...

ROMANS :


- Ce qu'il nous faut de nuit de Laurent Petitmangin 3.5/5
- Solitudes de Niko Tackian 3/5
- Idoles de Marianne Weller 3/5
- Le veilleur des songes de Elisabeth Larbre 4/5
- Le théorème de la licorne de Gina Dimitri 4/5
- Hors Piste de Allie Reynolds 4.5/5
- Mort à vie de Cédric Cham 4.5/5
- Vers le soleil de Julien Sandrel 4.5/5
- Je t'aime de Barbara Abel 4/5


LECTURES GRAPHIQUES :



- The Promised Neverland de Kaiu Shirai et Posuka Demizu tomes 10, 11 et 12

- Luna Kiss de An Nakahara tome 1

- Je serai là! de l'Homme Étoilé Coup de 💜

Je t'aime de Barbara Abel

 JE T'AIME 

de Barbara Abel





Résumé :

Rien n'est plus proche de l'amour que la haine.

Après un divorce difficile, Maude rencontre le grand amour en la personne de Simon. Un homme dont la fille, Alice, lui mène hélas une guerre au quotidien. Lorsque Maude découvre l'adolescente en train de fumer du cannabis dans sa chambre, celle-ci la supplie de ne rien dire à son père et jure de ne jamais recommencer. Maude hésite, mais voit là l'occasion de tisser un lien avec elle et d'apaiser les tensions au sein de sa famille recomposée.

Six mois plus tard, Alice fume toujours en cachette et son addiction provoque un accident mortel. Maude devient malgré elle sa complice et fait en sorte que Simon n'apprenne pas qu'elle était au courant. Mais toute à sa crainte de le décevoir, elle est loin d'imaginer les effets destructeurs de son petit mensonge par omission...

Ceci n'est pas exactement une histoire d'amour, même si l'influence qu'il va exercer sur les héros de ce roman est capitale. Autant d'hommes et de femmes dont les routes vont se croiser au gré de leur façon d'aimer parfois, de haïr souvent.

Parce que dans les livres de Barbara Abel, comme dans la vie, rien n'est plus proche de l'amour que la haine...


Avis :

Lecture commune du mois de février sur le blog, un peu d'amour et de haine en ce mois de l'amour, Je t'aime est un thriller psychologique où l'amour peut facilement mener à la haine.

Tout commence par un fait banal: Maude surprend sa belle-fille, Alice, en train de fumer un joint dans sa chambre. Alice lui demande de cacher à son père, Simon, sa bêtise, en promettant que ça ne se reproduira plus. Maude, ayant du mal à créer des liens avec Alice, voit là une bonne issue et décide de taire le délit de sa belle-fille.
Six mois plus tard, après avoir passé la journée avec son petit-ami, Bruno, à fumer des joints, Alice a une énorme altercation avec Nicole, la mère de Bruno, et quitte la maison de son copain, suivie de celui-ci, qui tient à la raccompagner. Après l'avoir déposée, Bruno s'apprête à rentrer chez lui, l'esprit enfumé. Il a un accident mortel avec un bus scolaire, tuant, en même temps, un petit garçon de sept ans.

Lorsque Nicole apprend la mort de son fils et que les relevés toxicologiques relèvent qu'il était sous l'emprise de substances illicites, elle ressent une haine furieuse envers Alice, qu'elle prend pour responsable pour la drogue...

Dès ce moment, Nicole va tout faire, avec l'aide de la mère du petit garçon tué, Solange, pour montrer qu'Alice est la seule vraie responsable de ce désastre. Comment Maude va-t-elle pouvoir faire comprendre à Simon qu'elle lui a caché l'incident dans la chambre d'Alice, six mois plus tôt?
Je t'aime est un livre de femmes, de quatre femmes dans la tourmente où chacune se défend avec ses armes jusqu'au bout.

J'ai beaucoup aimé ce roman qui avait des aspects très réalistes : la scène dans la chambre avec Solange, l'entretien entre Simon et Arthur sont glaçants, par exemple.
Ce n'était que mon second roman de l'auteure et ça m'a redonné envie de me replonger dans sa bibliographie.
Même s'il y a un ou deux éléments qui m'ont paru un peu dommageable, je ne peux que vous recommander ce thriller psychologique qui vous glacera le sang sur le fait que la haine d'une personne n'a pas de limite.


Je t'aime
de Barbara Abel
Sorti le 03 mai 2018
chez Belfond
Sorti le 09 mai 2019
chez Pocket
464 pages/ 496 pages
19.50€ / 7.95€
4/5

Vers le soleil de Julien Sandrel

 VERS LE SOLEIL 

de Julien Sandrel




Résumé :

14 août 2018. Tess part vers la Toscane, où elle doit rejoindre pour les vacances sa fille Sienna et l’oncle de celle-ci, Sacha. Mais alors qu’elle fait étape chez sa meilleure amie à Gênes, un effroyable grondement ébranle la maison, et tout s’écroule au-dessus d’elle. Une longue portion du pont de Gênes vient de s’effondrer, enfouissant toute la zone. Tess est portée disparue.

Lorsque Sacha apprend la catastrophe, c’est tout leur univers commun qui vole en éclats. Tous leurs mensonges aussi. Car Sacha n’est pas vraiment l’oncle de cette petite fille de neuf ans : il est un acteur, engagé pour jouer ce rôle particulier quelques jours par mois, depuis trois ans. Un rôle qu’il n’a même plus l’impression de jouer tant il s’est attaché à Sienna et à sa mère. Alors que de dangereux secrets refont surface, Sacha sait qu’il n’a que quelques heures pour décider ce qu’il veut faire si Tess ne sort pas vivante des décombres : perdre pour toujours cette enfant avec laquelle il n’a aucun lien légal… ou écouter son cœur et s’enfuir avec elle pour de bon ?

En attendant, il décide de cacher la vérité à la petite fille, et de la protéger coûte que coûte...


Avis :

Lorsque j'ai découvert Julien Sandrel en 2018 avec La chambre des merveilles, j'ai tout de suite craqué pour la plume de l'auteur, qui, sur une base dramatique, arrive à insuffler de l'espoir, du bonheur, une renaissance. Du feel-good reposant sur un drame, c'est plutôt original.

Son deuxième roman, La vie qui m'attendait fut un véritable coup de cœur et, même si j'ai apprécié Les étincelles, c'est le livre que j'aime le moins chez l'auteur... J'étais donc très impatiente de découvrir le nouveau roman de Julien Sandrel.

Ici, nous suivons trois personnages : Sacha, un acteur qui ne jure que par l'éphémère : tous les jours, il appelle Sienna par le nom d'une fleur, rappelant le côté éphémère de la situation; Tess, une mère célibataire et sa fille, Sienna, qui souffre d'un drôle d'handicap. Un jour, Tess propose un contrat d'acteur pour le moins original à Sacha, elle souhaite l'engager pour jouer trois jours par semaine le rôle d'une figure masculine auprès de sa fille qui en a grandement besoin.

Pour Sienna, Sacha devient donc son oncle, le frère de son père. Une situation éphémère qui s'éternise puisque trois ans après, ils s'apprêtent à partir en vacances en Toscane, tous trois. Sacha et Sienna devançant Tess car elle souhaite s'arrêter à Gênes, voir sa meilleure amie, vivant sous le pont de Gênes. Malheureusement, l'action se situe en août 2018 et Tess est chez son amie lorsque le 14 août, le pont de Gênes s'écroule et tombe, entre autre, sur la maison de l'amie de Tess.

L'auteur nous plonge dans une situation anxiogène où on aimerait que Tess soit retrouvée, vivante, si possible et de savoir ce qu'il va advenir de Sacha et de Sienna, le cas échéant, puisqu'ils n'ont pas de lien de parenté.

C'est donc entre bouleversement et sourire qu'on va lire le roman, comme dans tous les romans de l'auteur, notamment, en voyant la relation de Sienna et de Sacha se développer comme une relation père-fille au-delà des liens du sang mais parce qu'ils se sont choisis bien que cette relation repose sur un mensonge pour Sienna.

Je ne vais pas aller plus loin dans ma description du roman, hautement addictif. La vie qui m'attendait reste mon roman préféré de l'auteur mais celui-ci est celui qui m'aura le plus touchée et bouleversée. Je ne peux que vous conseiller la lecture de ce roman qui est une véritable réussite dans son genre et dont les personnages vous hanteront longtemps. 

Je remercie les éditions Calmann-Lévy pour leur confiance.


La vie qui m'attendait
de Julien Sandrel
Sorti le 24 février 2021
chez Calmann-Lévy
270 pages
18.50€
4.5/5

Mort à vie de Cédric Cham

 MORT À VIE 

de Cédric Cham









Résumé :
Lukas coule une vie tranquille aux côtés de Camille et de leur fille Léana. Jusqu’au jour où tout vole en éclats : il est interpellé, et dans la foulée mis en garde à vue pour homicide involontaire... Voulant protéger son frère Eddy, Lukas va endosser une lourde faute qui n’est pas la sienne. Un choix terrible ! Pris dans cette spirale infernale, il se retrouve placé en détention provisoire. Fiché, numéroté. Écrou 52641. Ici, il va tenter de survivre entre Rudy et Assane, ses compagnons de cellule, dans un univers dont il ignore tout. Il va aussi devoir affronter Moussa et ses sbires... De l’autre côté des barreaux, Eddy, entouré d’une faune interlope, s’enfonce toujours davantage… Chacun construit sa propre prison. Personne n’y échappe…


Avis :
Cédric Cham est devenu un auteur chouchou pour moi dès la lecture de son premier roman, La promesse. Une plume percutante, dynamique, réaliste et qui n'hésite pas à frapper où ça fait mal. Et jusqu'ici, il ne m'a jamais déçue, j'attends donc ses romans avec impatience.
Mort à vie ne déroge pas à la règle. Il happe le lecteur dès le premier chapitre et ne le lâche pas jusqu'à la dernière page.
Le roman nous présente Lukas, un homme bien sous tout rapport, marié à Camille et papa d'une petite Léana, qui se fait arrêter sur son lieu de travail et interroger pour un homicide involontaire avec délit de fuite. Lukas accepte d'endosser la responsabilité de ce crime, sachant délibérément qu'il va gâcher sa vie familiale et professionnelle pour protéger son frère, Eddy, qui vit aux antipodes de Lukas, en traînant avec des personnes louches et vivant de menus larcins et consommant de la drogue quotidiennement.
Le lecteur se demande vite pourquoi Lukas sacrifie sa vie pour une personne qui, de toutes façons, gâche la sienne.

La thématique principale de Mort à vie est la culpabilité. Lukas est pris dans un étau cruel : il culpabilise pour une ancienne histoire avec Eddy et trouve normal de se sacrifier pour lui et il culpabilise de laisser de côté sa vie familiale pour un choix qu'il a fait, sans consulter Camille.
Le lecteur se demande ce qu'il a bien pu se passer dans le passé pour se sacrifier alors qu'Eddy, bien loin d'apprécier ce sacrifice, de se mettre au vert, ou même simplement de venir le voir, s'enfonce dans sa vie de petit bandit, se drogue de plus en plus et crache sur son grand frère...

Cédric Cham nous dépeint un monde carcéral, réaliste, brutal. Il nous montre à quel point un homme ressort broyé du système carcéral entre la déshumanisation de l'être qui ne devient qu'un numéro et les divers actes qu'il devra faire pour se faire respecter et s'en sortir.
Mort à vie est un roman très noir où chaque personnage est dépeint de façon qu'on se sent vite concerné par son sort qu'on l'apprécie ou non. La construction du roman est assez oppressante car on alterne entre la vie carcérale à l'ambiance anxiogène et la vie à l'extérieur où une épée de Damoclès plane au-dessus des personnages.
La fin du roman est glaçante et montre cruellement à quel point Lukas a changé, et pas sa vie...

J'ai vraiment apprécié la noirceur de ce roman qui ne m'a laissé aucun répit du début à la fin tant il était addictif et prenant. Une vraie claque et j'en redemande!

Je remercie les éditions Jigal pour leur confiance.



Mort à vie
de Cédric Cham
Sorti le 15 septembre 2020
Aux éditions Jigal
320 pages
19€
4.5/5