Followers

mardi 16 octobre 2018

PIRANHAS 
de Roberto Saviano








Résumé :

Naples, quartier de Forcella. Nicolas Fiorillo vient de donner une leçon à un jeune homme qui a osé liker des photos de sa copine sur les réseaux sociaux. Pour humilier son ennemi, Nicolas n'est pas venu seul, il s'est entouré de sa bande, sa paranza : ils ont entre dix et dix-huit ans, ils se déplacent à scooter, ils sont armés et fascinés par la criminalité et la violence. Leurs modèles sont les super-héros et les parrains de la camorra. Leurs valeurs, l'argent et le pouvoir. Ils ne craignent ni la prison ni la mort, mais une vie ordinaire comme celle de leurs parents. Justes et injustes, bons et mauvais, peu importe. La seule distinction qui vaille est celle qui différencie les forts et les faibles. Pas question de se tromper de côté : il faut fréquenter les bons endroits, se lancer dans le trafic de drogue, occuper les places laissées vacantes par les anciens mafieux et conquérir la ville, quel qu'en soit le prix à payer.




Avis :

Gallimard a sorti ce roman en littérature blanche dans sa collection du monde entier. Pourtant, la couleur de ce roman est noire indéniablement...

Roberto Saviano, dix ans après avoir dénoncé sur la mafia dans Gomorra, revient avec une sorte de suite romancée. De son titre original, La parenza del bambini (la parenza est aussi bien un bateau de pêche qu'un groupe de personnes formant une famille loyale), le roman sort en France sous le titre Piranhas, ces petits poissons voraces attaquant en groupe.

Malgré son quotidien chamboulé depuis la sortie de Gomorra et d'Extra Pure (le romancier est menacé de mort et vit sous protection depuis et ne se déplace pas sans garde du corps), Roberto Saviano nous livre, certes, une fiction, mais basée sur des faits réels : les bandes d'enfants formant des gangs, avides de pouvoir et de reconnaissance.

En effet, dans Piranhas, nous suivons le périple de Nicolas et de sa parenza, formée d'enfants de dix à seize ans, qui profite que les anciens soient en prison pour prendre le contrôle du marché et former leur propre mafia.
Un récit terrifiant... Voir ses enfants, à peine sorti de l'enfance, se prendre pour des adultes criminels, étant sans pitié, même entre eux.
Des enfants qui veulent tout immédiatement, sans attendre, sans vision réelle de l'avenir car ils savent tous qu'ils peuvent mourir d'un jour à l'autre et le plus terrifiant est qu'ils n'ont pas peur de mourir... Ils vivent intensément chaque moment comme si c'était le dernier, s'impliquant dans des délits de plus en plus dangereux, peu importe le prix à payer tant que le délit rémunère...

Un récit glaçant et bouleversant qui ne nous épargne rien... Les premières pages sont à la limite du voyeurisme mais avec la globalité du roman, on se dit que ce n'était que le début d'une morbide escalade...

Les gangs d'enfants se généralisent malheureusement, même s'ils ne sont pas aussi organisés que dans ce roman, les faits divers regorgent de violences commises par des jeunes de plus en plus précoces.

Un roman qui fait peur et qui nous informe à la fois. On peut crier au voyeurisme, je n'y ai vu, personnellement, que fiction et information.

Une lecture dure et marquante, une belle incursion de Roberto Saviano dans la fiction, certes pas parfaite, mais instructive.

Je le conseille à un public averti ;)

 « -Pour devenir un enfant j'ai mis dix ans. Pour te mettre une balle dans la tronche je mettrai pas plus d'une seconde. »

PIRANHAS
de Roberto Saviano
Sorti le 04 octobre 2018
chez Gallimard
Collection : Du Monde Entier
368 pages 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire